Blog expert

Partagez cet article :

Date de publication: 06.05.2022

Coliving / appart’hôtel : miracle ou mirage pour l’hôtellerie ?

Christopher Boinet

Thibault Stéphan

Tout droit venu d’outre-Atlantique, le coliving mêle colocation et services para-hôteliers, conjuguant vie en communauté et prestations parfois dignes d’établissements étoilés. Le concept fait mouche et séduit les investisseurs français. Mais comme le dit l’adage, “tout ce qui brille n’est pas d’or“.

Qu’est-ce-que le coliving et quels sont ses points forts ?

En matière de coliving, l’usager, dit « coliver », bénéficie d’un logement meublé et de services para- hôteliers divers ou dans d’autres sites d’un véritable accueil haut de gamme : du sur-mesure pour les “digital nomads”. Cette forme alternative aux modes d’hébergement et de logement traditionnels est devenu « tendance » et a le vent en poupe.

Côté investisseur, l’opération a aussi des atouts. Tout ou presque peut être transformé en espace de coliving, le dispositif s’adaptant aux sites de 5 chambres comme aux immeubles de 100 appartements. A priori, tout le monde y gagne. Le retour sur investissement semble si attractif, avec un business plan parfois bien optimiste….

Les points faibles du coliving

Oui, mais… Fraîchement arrivé en France, le coliving n’a pas de législation, ni de régime juridique propres à l’instar des autres pays européens. La durée d’occupation étant en moyenne de 10 mois, actuellement seuls les contrats d’habitation meublé et d’hébergement touristique permettent la gestion en coliving, ce qui n’est pas sans incidence sur la rentabilité de l’investissement qui pourrait être fortement bridée par la nécessité d’intégrer des logements sociaux dans certaines villes.

À ce premier choix, peut s’ajouter en outre un changement de destination et d’usage des locaux, délicat à gérer, risqué et coûteux, car très strictement encadré par la loi et la réglementation locale qui peuvent fixer des conditions assez restrictives pour l’obtention de ce changement de destination, voire, dans certains cas, imposer une compensation au regard des objectifs de mixité sociale, celle-ci n’étant pas insurmontable pour l’investisseur bien conseillé. Attention également, aux  éventuels contrôles fiscaux liés à la récupération de la TVA et à ce que l’activité soit, le cas échéant, conforme au règlement de copropriété.

Malgré cette législation complexe, les professionnels de l’hôtellerie estiment que le futur ne s’écrira pas sans le coliving. Il n’y a pas de secret : aujourd’hui, pour livrer et exploiter avec succès un bon projet de site en coliving, l’assistance d’avocats et de consultants spécialistes est fortement conseillée. Ne partez pas sans eux – 😊 !

Auteurs :

Christopher Boinet
Avocat associé en droit de l'immobilier, de l'hôtellerie et de la restauration

Contactez cet expert

Thibault Stéphan
Avocat associé en droit public, en droit de l'immobilier et en droit de l'environnement

Contactez cet expert

Articles recommandés :

Recevez notre newsletter

Les données collectées serviront uniquement pour vous envoyer les lettres d’information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque envoi. En savoir plus dans notre politique de confidentialité.

Téléchargez le livre blanc

100 questions pour un entrepreneur

Cliquez ici

Une question à poser ?

Nos experts vous répondent et vous accompagnent dans vos démarches.

Posez votre question

Nos experts